Autour d’un mot


Le seul mot qui me vienne à l’idée, là, tout de suite et qui m’incite à écrire quelque chose, n’est pas dans ma liste de mots préférés. Ce n’est ni le sorbet bien parfumé, ni le colimaçon avec son escalier, ni le cornac équipé de sa pique ou encore la citrouille du carrosse de Cendrillon, pas plus qu’un chèvrefeuille s’accrochant à mon clavier, ou Bobodioulasso, souvenir lointain d’un périple au Burkhina Fasso.

Non, le seul mot qui m’inspire le moindre appétit, c’est la gaufrette.
J’ai bien dit gaufrette, pas gaufré tel le papier, ni gaufre, comme la gaufre pourtant appétissante qu’on déguste en maculant son nez du sucre glace volatile, ni celle du «moule à gaufre» du Capitaine Haddock.

Non, il s’agit bien de la gaufrette de mon enfance, celle dont ma mère achetait des cartons entiers, une gaufrette épaisse, tout à la fois moelleuse et croustillante, drapée de chocolat noir, qui lorsque vous l’aviez finie, vous donnait immanquablement l’envie d’enfoncer vos dents dans la suivante. Une gaufrette comme il n’en existe plus.

Enveloppée de deux papiers, l’un argenté qui la protégeait, et par-dessus, un papier glacé et brillant orné d’une photo qui vous donnait l’eau à la bouche, elle vous tachait les doigts de chocolat dès que vous l’aviez ouverte.

Chez nous, on la dégustait avec du thé. Mon père faisait trempette, un crime de lèse-gaufrette, car ça la ramollissait. Moi, je plantais les dents dedans et laissais les morceaux fondre dans ma bouche avec délice.
Je préférais celles au chocolat noir, alors que ma mère aimait mieux le chocolat au lait.

J’ai encore à la mémoire le nom du fabricant belge, de Beukelaer. Des recherches sur Internet ont parfois fait bondir mon cœur d’espoir, mais vainement.
La gaufrette de mon enfance n’est plus.

Fait à l’atelier d’écriture Alice et les mots, le weekend dernier. Merci, Martine.

Publicités

7 réflexions sur “Autour d’un mot

  1. joli… mais ne désespère pas Claude, ta gaufrette des jours anciens renaîtra un jour, c’est un truc très mode la résurrection des petits plaisirs du passé, font ça avec les bonbecs, il y a des boutiques relookées ringardes qui fleurissent dans tous les quartiers, dommage que je t’ai pas lue avant d’aller faire un petit tour à Bruxelles la semaine passée, ils sont très forts en gaufrettes, les belges !

    • Merci Edquiparle. Je n’ai pas eu l’heur de connatre pronote, et mon petit doigt me souffle que je n’ai rien loup. 😉 Chocorem, je ne crois pas avoir connu, mais a fai rver

  2. Bonjour!
    Ceci m a fait penser a un passage d un livre de Nora Ephron ( Conseil de lecture:  » i feel back about my neck ») ou elle est a la recherche du strudell …Le strudell perdu.
    Ces relents de nostalgie sont des bouffees de retours d age…Il serait interessant d analyer le pourquoi de ces soudaines saveurs qui reviennent en memoire.
    Tess

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s