Un baiser, s’il vous plaît


Rien que le titre m’a mise en joie 😉
Vous allez au cinéma, et vous dites au caissier :

Un baiser, s’il vous plaît !

Vous ai-je déjà dit que j’avais une carte LePass Gaumont ? Outre que contrairement à Patriarch, j’adore aller au cinéma, c’est ce qui explique l’abondance de films que je vais voir.
Moins en été, mais depuis que j’ai entrepris de me remettre à la marche à pied, je vais au cinéma à pied. Et pas au cinéma à côté de chez moi, mais à Montparnasse, Odéon ou sur les Champs-Elysées.
Comme en ce moment, on gèle dehors, ça fait du bien de se retrouver au chaud dans une salle de cinéma après plus d’une heure de marche.
Bref, je reviens à Un baiser, s’il vous plaît.
C’est un film cocasse et tendre, où deux histoires se mêlent, celle du couple qui se rencontre pendant une réunion de travail, et l’autre, racontée par la narratrice en voix off. Le tout m’a fait un peu penser à un Rohmer, sans doute à cause du ton des récits, mais un Rohmer plein d’humour.
Un film un peu décalé, avec de très bons comédiens, Virginie Ledoyen, que je ne connaissais que vaguement, et Emmanuel Mouret, le metteur en scène que je ne connaissais pas du tout.

Pour une fois, je suis d’accord avec la critique du Monde, que je n’ai lue que ce matin,

Finesse, délié, ravissement : voici longtemps qu’une comédie sentimentale française n’avait fait mouche à ce point. Jamais vulgaire, toujours subtil, alliant la sophistication rhétorique à l’entraînement du divertissement, le quatrième long métrage d’Emmanuel Mouret (après Laissons Lucie faire, Vénus et Fleur et Changement d’adresse) étincelle, dans la grande tradition du genre, des mille feux antagonistes de l’esprit et de la chair.

Ce conflit entre la raison et la passion, la vertu et le désir, la parole et l’acte, est d’ailleurs son unique sujet, qu’on pourrait qualifier d’éternel si Mouret ne s’amusait à le renouveler en poussant la contradiction jusque dans ses confins les plus aimablement loufoques.

Pour moi, ça a été un excellent moment. Derrière moi, un monsieur a bien dormi, voire parfois ronflé et lorsque la lumière s’est allumée, il avait visiblement du mal à émerger. 🙂 Dommage pour lui, parce que c’était un bon film.

NordCinéma a détesté, Le Monde a adoré. Quant à Télérama, il y a du pour et du contre. A vous de vous faire votre opinion.

Post Scriptum : j’avais l’intention de vous raconter ma soirée à l’Olympia, pour voir Gad Elmaleh, mais toli, avec qui j’y suis allée, s’y est collé et a très bien dit ce que j’aurais pu en écrire. Donc, c’est chez lui qu’il faut aller.

Publicités

5 réflexions sur “Un baiser, s’il vous plaît

  1. Je viens de lire le commentaire de ton ami sur le spectacle de Gad Elmaleh, « touchant », c’est exactement comme cela que je le définis, il me touche plus qu’il ne me fait rire … c’est un artiste que j’apprécie énormément.
    En congé de blog (et congés tout court bientôt …) je te souhaite de très belles fêtes de Noël et tous mes voeux pour 2008 et te remercie pour tes visites et ta gentillesse.
    Amicalement
    Domi

  2. coucou claude!
    un cinéma gaumont à côté de chez moi et un pass pour voir tous les films dont j’ai envie! j’en rêve!!
    si tu connais le père noel, tu peux lui dire que j’ai été bien sage?
    sais-tu que je dois faire 60kms pour aller voir un film (et au prix fort!), de ma campagne?
    c’est pourquoi je fais ma cure à chaque séjour à dijon! (et le prochain est pour bientôt, du 6 au 12 janvier!)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s