Amours, guerres et sexualités, 1914-1945


J’avais déjà essayé de voir cette expo le 5 novembre, et pas de veine, c’était le premier lundi du mois, et le premier lundi de chaque mois, les Invalides sont fermés.
L’expo s’intitule Amours, guerres et sexualité, 1914-1945
J’avais lu, dans rue89, un article très bien fait, Fripon, sublime ou atroce, le sexe en temps de guerre, qui m’avait donné envie d’aller voir cette expo, d’autant qu’elle me paraissait de nature à compléter ce que j’avais vu à l’Imperial War Museum North à Manchester.

Elle présente des objets, des affiches, des cartes postales, des musiques, des extraits de film, le tout très clair et bien commenté. Le genre d’expo que j’aime. Tout à fait didactique, ne laissant pas planer de doute sur le sens des objets ou affiches qui sont montrés. Lorsqu’un document est raciste, c’est écrit dessous. Ca me paraît essentiel. Trop d’expos laissent tout au hasard de notre compréhension et bien des choses peuvent nous passer au-dessus de la tête, voire être comprises à l’envers.

Par exemple, sous cette affiche

lèvres verrouillées

on lit :

Affiche destinée à la communauté suédophone de Finlande, pour l’exhorter à se méfier des espions. En verrouillant des lèvres féminines, Aarnio désigne les femmes comme vecteur principal des rumeurs dangereuses tout en faisant une allusion à peine déguisée à la ceinture de chasteté.

Cet objet, un cendrier, je crois,

guerrier et phallique

avec Dreadnought écrit sur la torpille archi-phallique, qui signifie « je ne crains rien ni personne », qui bien entendu a une connotation nettement grivoise et sexuelle, était aussi le nom des cuirassés britanniques à l’orée de la Première Guerre Mondiale, se trouvait parmi d’autres, carrément plus érotiques que j’ai été trop timide pour photographier. 😉

Une partie de l’expo est consacrée aux échanges entre le front et l’arrière, que ce soient les lettres ou cartes échangées, ou l’espionnage.

un message à l'aimé

Comme le dit très bien l’article de rue89,

On croise lors de cette exposition -et c’est important-, les problématiques les plus actuelles de la recherche en histoire contemporaine, sur la violence de guerre, sur les représentations des rapports hommes/femmes, sur le contrôle de la sexualité et sa “fabrique”, sur la perception virile ou féminine des événements historiques.

On y voit soudain incarnée cette mutation des liens entre hommes et femmes induite par les deux guerres mondiales, au niveau le plus intime, celui de l’amour et de la sexualité. Ce thème qui traverse l’histoire de tous les belligérants est ici illustré aussi bien sur le plan des pratiques, des imaginaires que des représentations.

Si on veut emmener ses élèves ou ses enfants, ou encore se documenter soi-même, toutes sortes de documents sont téléchargeables sur le site des Invalides

Pour vous donner une idée plus précise,
Vodpod videos no longer available. from tv.jubii.fr posted with vodpod

Un bémol
: pas de réduction pour les vieux ; les deux parties de l’exposition se trouvent aux antipodes l’une de l’autre, et le fléchage est totalement hasardeux.

Petit détail pratique : les toilettes sont rares dans ce musée et très difficiles à trouver. Fléchage tout aussi hasardeux. Elles se trouvent près de la boutique.

Publicités

7 réflexions sur “Amours, guerres et sexualités, 1914-1945

  1. C’est vrai que les guerres ont fait comprendre aux femmes, qu’elles avaient un autre rôle à jouer dans ce monde, autre que celui où les hommes auraient bien voulu les cantonner !!

    Bonne journée à toi.

  2. Cette exposition a l’air vraiment intéressante et pour une fois sans langue de bois…

    Je suis un peu trop loin de Paris pour venir aux Invalides juste pour la voir mais heureusement Claude se charge de nous donner accès à la connaissance 😉

  3. Je suis d’accord avec Patriarch. Je n’avais que dix ans au début de la guerre 39-45. Deux de mes soeurs étaient dans la vingtaine. J’ai senti comme un souffle de libération sur les jeunes femmes du Québec. Les soldats (époux, fiancés) partaient outre-mer. Soudainement, il y avait du travail en abondance pour les femmes (même conduire les tramways!). En plus, elles prenaient des décisions financières importantes sans pouvoir consulter les conjoints. J’ai observé tout cela pendant 5 ans. Par après, j’ai toujours eu le besoin d’être autonome même s’il faut parfois en payer le prix!

  4. Merci pour les photos bien choisies et la video que j’ai enfin pu regarder (au boulot) … j’avais envie de voir cet expo, mais je manque de temps et si j’ai un peu de temps, c’est difficile de le consacrer à des choses aussi difficiles que ça. Grâce à toi j’en ai eu au moins un aperçu de qualité…

  5. Pingback: La “Grande” Guerre « Vieux, c’est mieux!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s