Un truc malin qui tient dans la main


Je me souviens avoir lu quelque part que lorsqu’on allait aux toilettes dans un lieu public, on risquait de ramasser toutes sortes de germes et de microbes, même si on se lavait les mains après. Pour être sûr de ne pas ressortir avec les mains plus sales qu’à l’entrée, il aurait fallu, une fois qu’on s’était lavé les mains, ne plus rien toucher.
Ni le robinet, ni la poignée de la porte pour sortir, éviter de se sécher les mains sous l’un de ces ventilateurs qui se déclenchent lorsque vous vous en approchez. Bref, la quadrature du cercle.
Ma cousine C. a trouvé la solution, celle que je vous livre ici.
Il s’agit d’un produit nettoyant, qui se présente dans une toute petite bouteille que voici.

small and handy

On glisse ça dans son sac ou dans sa poche, et en sortant des toilettes, ou encore au restaurant avant de se mettre à table, on en verse une goutte dans le creux de sa main, et on se « lave » les mains.
Pas besoin d’essuyer, l’odeur, très faible, s’évapore presqu’immédiatement, ça ne desséche pas les mains et ne provoque pas d’allergie (en tout cas, à aucune des personnes que je connais qui l’utilisent désormais), on peut s’acheter une grande recharge qu’on garde dans sa salle de bains. Ca vous permet d’avoir les mains propres en toute occasion et d’offrir à ceux qui vous accompagnent une goutte de produit.
Bien entendu, j’ai pris une photo de la bouteille que j’ai, mais ne recommande nullement cette marque plutôt qu’une autre. J’ai d’ailleurs eu du mal à trouver ce petit format !
Note ajoutée après coup
Comme le dit toli, dans un commentaire: J’en avais acheté quatre et après j’ai réalisé qu’une seule suffisait. Ensuite il faut remplir le petit modèle avec un grand modèle !!!

Publicités

11 réflexions sur “Un truc malin qui tient dans la main

  1. J’ai la même bouteille toujours sur moi ! J’en avais acheté quatre et après j’ai réalisé qu’une seule suffisait. Ensuite il faut remplir le petit modèle avec un grand modèle !!!

  2. J’ai bien ri lorsqu’une jeune amie m’a donné 4 petites Purell (15 ml). Elle m’avait vue utiliser une débarbouillette légèrement savonneuse, enrobée dans un sac à sandwich, que je mettais dans ma sacoche lorsque je sortais. Une habitude de ma mère pour nos voyages. Maman était très méticuleuse mais dans ce temps-là, pas de lingettes, pas de « trucs malins ». Bon conseil pour la recharge.

  3. Léa, qui est trés sensible aux infections urinaires a toujours un flacon de ce style de produit dans sa poche pour se laver les mains dans les toilettes de l’école (non pourvues de papier et de savon : un scandale).

    Depuis, j’ai moi aussi adopté ce produit dont je ne saurai me passer.

  4. J’ai un exemplaire de ce flacon dans mon sac. Je l’ai acheté parce que quand je sors du métro, je n’ose rien toucher (mon visage entre autres) tellement j’ai l’impression d’avoir les mains sales. Au début, je m’en servais souvent. C’était une révolution! Pas besoin d’eau ni de serviette pour avoir les mains propres. Et puis j’ai été rattrapée par le besoin de passer mes mains sous l’eau, avant. Parce que si mes mains sont effectivement sales (imaginons qu’elles soient pleines de poussières, par exemple), j’ai du mal à croire que ce produit les rendra propres, faisant disparaître, comme par miracle, la poussière… Du coup, je l’ai rangé dans un placard.
    Ayant lu ton billet, je crois que je vais ressortir mon flacon et le consarcrer à la sortie des toilettes 😉

  5. @ Claudia, la débarbouillette ! On peut toujours faire confiance à la créativité des canadiens pour créer un mot descriptif et sympa 🙂
    @ maminabelle, je préfère cette solution aux lingettes qui ont souvent une odeur persistante.
    @ papillon, pas question de ne pas se laver les mains, il s’agit de dépannage, quand on n’est pas chez soi !

  6. Débarbouillette est un québécisme.Je ne le savais pas! Les mots du Québec sont précédés d’une fleur de lis dans mon Multi Dictionnaire (Québec/Amérique). Le Petit Larousse donne aussi le crédit au Québec. On en apprend des choses en se lavant les mains chez toi!!!

  7. C’est le même produit ou à peu près qu’on trouve maintenant à l’entrée des chambres d’hopitaux pour éviter les maladies noscomiales.
    Sauf que d’après certains médecins, si on se met à développer des anticorps auto-immunes (des anticorps idiots qui au lieu de s’attaquer à des virus ou cellules qui vont pas bien détruisent des cellules qui vont très bien et dont on a besoin) qui donnent des tas de maladies très désagréables, c’est qu’on est trop propres !
    Moi, j’ai trouvé la solution, je me lave un jour sur deux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s