Smoking /no smoking


smokingAutant le dire, je suis une ex-fumeuse. Une intoxiquée, une accro.
Dans mon enfance, j’étais entourée de gens qui fumaient : ma grand-mère roulait ses cigarettes, ma mère fumait littéralement à la chaîne, mon père un peu moins, –il a été le premier de la famille à s’arrêter–, mon frère aîné, lui aussi fumait beaucoup.
J’ai fumé de l’âge de 18 ans à l’âge de 37 ans. Lorsque je me suis arrêtée, c’était parce que quand je m’allongeais, je me mettais à tousser comme une damnée. Et puis ma mère, dont la voix s’était éraillée et qu’on prenait souvent au téléphone pour un homme, avait développé de l’emphysème, et je me voyais partie dans la même direction.
J’ai arrêté de fumer deux fois dans ma vie. La première fois, c’était lors d’un voyage en Egypte, j’avais attrapé une sorte de bronchite dont je n’arrivais pas à me débarrasser et à un moment donné, je suis restée 48 heures sans pouvoir fumer, tellement je me sentais mal.
Là, je me suis dit qu’il fallait en profiter et n’ai pas recommencé. Du moins, pendant un an, jusqu’à ce que je rencontre celui qui allait devenir mon mari, et qui était un gros fumeur.
Et malheureusement, je me suis remise à fumer. Tout d’abord, je prenais une ou deux bouffées de sa cigarette, puis une cigarettes, et petit à petit, j’ai recommencé à fumer et là, c’était encore pire qu’avant.
Nous habitions à l’époque au 4ème étage (sans ascenseur) d’un immeuble près de la Gare du Nord. Le besoin de fumer, c’était la seule chose qui pouvait me faire redescendre mes quatre étages à 11 heures du soir en quête d’un paquet de cigarettes.

Interdiction de fumerLa deuxième fois où je me suis arrêtée, en juin 1977, mon mari et moi nous sommes arrêtés ensemble, en nous faisant aider par un acuponcteur.
J’ai effectivement arrêté et n’ai plus jamais repris. Mais cette fois, malgré l’acuponcture, ça a été bien plus difficile. J’avais des crampes d’estomac, j’éprouvais de l’angoisse et était constamment de mauvaise humeur, une partie des symptômes qu’éprouvent les drogués lorsqu’ils essaient d’abandonner leur addiction.
Là, je me suis jurée, que si j’arrivais à me débarrasser de la cigarette, je ne recommencerais plus jamais. De plus, le fait de voir ma mère, accrochée désormais à une bouteille d’oxygène qu’elle ne pouvait plus quitter, –elle, elle avait arrêté l’année précédente– m’a vraiment fait peur.

Quelques années plus tard, j’ai rencontré l’une de mes anciennes élèves, et comme je l’avais un peu oubliée, elle m’a dit

Mais si, Madame, j’étais dans votre classe en Troisième, c’était l’année où vous avez arrêté de fumer !

Je devais vraiment être d’une humeur de chien pour qu’elle s’en souvienne !
Cette année-là, mon mari et moi sommes partis en vacances aux Philippines, chacun en manque et d’une humeur massacrante. Pour la première fois, nous avions de la place dans nos sacs à dos : ils n’étaient pas à moitié remplis de paquets de cigarettes ! Et si nous n’avons pas divorcé cet été-là, c’est vraiment que nous étions destinés à rester mariés. 😉
Je n’ai jamais plus touché de cigarette. Je sais que je suis fondamentalement une accro du tabac et qu’il m’est impossible de fumer modérément.

Technorati Tags: , , ,

Publicités

14 réflexions sur “Smoking /no smoking

  1. L’ article précédent nous amène à cet épisode ….étonnant!!!!
    car, moi aussi ma photo d’ hier m’ a amené à ma réflexion d’ aujourd’hui..coïncidence ?

  2. j’ai arrêté de fumer, il y a plus de 22 ans, et du jour au lendemain,sans aucune aide du tout,juste ma volonté.J’ai jeté « picaduros » et briquet à l’Isère,en sortant du CHU,quand le pneumologue m’a dit: « vous êtes atteint d’asbestose » (35%).Il y a de ça 22 ans et l’amiante, même si elle me gêne, ne m’a encore pas fait « crever ».

  3. j’ai aussi connu cette addiction, pas pour moi, mais pour mon père! et comme patriarch, le jour où le médecin lui a trouvé une tâche sur le poumon (il était aussi silicosé), il a cessé séance tenante, jusqu’à rapporter les paquets qu’il avait d’avance au buraliste!
    le plus drôle, maintenant si quelqu’un fume à côté de lui, ça le gêne!

  4. bon, j’ai 35 ans, encore deux ans et j’arrête de fumer !

    Les seules fois où j’ai arrêté, c’était lors de mes grossesses….mais je ne compte pas utiliser cette méthode pour la derniere fois

  5. J’ai fumailler dans ma jeunesse, mais sans plaisir ; donc je ne suis pas devenue accro ! J’admire ta volonté de te défaire de la cigarette. Bravo, bravo. Je me dis aussi que c’est un souci en moins de ne pas avoir à se préoccuper de son stock de cigarettes, cela allège l’esprit non ?

  6. Merci de ton témoignage.
    Fumer la cigarette devient très vite addictif. Une cigarette = 30% de chance (ou plutôt de risque); après 6 cigarettes, on est pris. C’est Marc Valleur de Marmottan qui a publié ça.
    Et la clope – pas le tabac en général, spécifiquement la clope – induit une addiction très forte, plus forte que l’héroïne (même auteur).
    Enfin l’addiction n’est pas une maladie : on n’en guérit pas, on apprend à vivre avec son passé. Je connais des gens qui ont rechuté après 20 ans sans tabac : terrible et une (1) taf suffit. Il faut le savoir ! Ce produit est vraiment optimisé pour rendre accro à vie. Et il se pourrait bien que tous les ex-fumeurs soient dans le même cas. Ce n’est pas une question de psychologie, peut-être un peu de gènes (la sensibilsation à la nicotine est variable) : ne pas culpabiliser de toute façon.
    Bien à toi.

  7. Comme je suis une petite fumeuse – je peux passer la journée ou plusieurs jours sans cigarette, ou en fumer jusqu’à 5 à 10 par jour selon les circonstances – je n’ai jamais ressenti les désagréments du tabac. J’ai l’impression de ne fumer que par plaisir et pas de manière compulsive, mais je suis consciente que je suis aussi accro qu’un gros fumeur, à un degré moindre certes, mais addict tout de même !

  8. Ce témoignage m’intéresse particulièrement car je n’ai jamais fumé. A vrai dire je n’en voyais pas très bien l’utilité. En tout cas ça montre bien à tous ceux qui ne fument pas et qui parfois stigmatisent un peu/beaucoup les fumeurs que ce n’est pas si facile de s’arrêter de fumer et que ce n’est pas une question de mauvaise volonté.

    Courage à tous ceux qui se sont lancé dans cette aventure qu’est l’arrêt du tabac, ou qui comptent le faire prochainement.

  9. @ Cath Je ne sais pas sûre, mais je pense que oui. Après tout, c ‘est du tabac et de la nicotine… J’imagine que ça dépend combien tu en fumes, et si tu peux t’en passer. 😉

  10. Quelqu’un nous a dit récemment: « on s’arrête de fumer quand on sent que cela est nécessaire »…nous, nous le sentons, c’est en ce moment; nous savons le plaisir de fumer peu, de respirer mieux, de sentir mieux…pourtant, nous redoutons l’instant où nous allons devoir nous regarder, après la dernière cigarette, et nous dire: non, nous n’en n’achetons plus…c’était la dernière….alors, on vous comprend. Mais, quand même, le moment est venu.
    N’hésitez pas à nous rendre visite…nous reviendrons aussi, si vous le voulez bien
    Cordialement

  11. Pingback: Désenfumage « Vieux, c’est mieux!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s