Un musée excentré


Pour être excentré, il est excentré, ce musée!!! Il est tout, sauf facilement accessible. Il faut prendre le tram, et de là, marcher longtemps, avant d’arriver enfin en vue du musée, et là, faire un grand détour pour parvenir, ENFIN!, à l’entrée. J’y suis arrivée déjà fatiguée, surtout que le matin j’avais été visiter la cathédrale et avais pas mal marché.
Mais assez rouspété, l’Imperial War Museum North se trouve sur les Salford Quays, un quartier totalement rénové, le long du Manchester Ship Canal.
Imperial War Museum North, pour ne pas le confondre avece l’Imperial War Museum London. D’ailleurs, du point de vue architectural et du point de vue contenu, il n’y a pas de risques de confusions. Celui de Manchester a été conçu et construit par Daniel Libeskind.

The Imperial War Museum North

Celui de Londres est centrée sur les grandes batailles, les uniformes, et l’histoire. On y trouve entre autres, une sorte de diorama de la bataille de Waterloo, dont l’un des « acteurs » est un coiffeur français, reconverti en soldat pour les besoins de la guerre, qui est une vraie caricature. La France n’en sort pas grandie. Avec ma fille, nous avions bien ri. Mais c’était il y a longtemps.

Rien de tel ici, il ne s’agit pas d’un musée à la gloire de la guerre et des armées, mais comme le People’s History Museum dont je vous parlais hier, c’est un musée qui rend hommage aux populations qui supportent et survivent, en dépit de tout.

smells

Des ‘action stations’ qui aident à prendre conscience des choses de façon concrète.
Par exemple, celle où on vous demande de reconnaître les odeurs épouvantables qui assaillaient, en plus de tout le reste, les soldats dans les tranchées de Verdun et d’ailleurs pendant la Première Guerre Mondiale.

Une exposition temporaire est consacrée à la guerre des animaux

A visiter absolument

Publicités

2 réflexions sur “Un musée excentré

  1. Je trouve très intéressant et innovant cette sensibilisation par l’odorat … ça me fait penser à une nouvelle de Yoko Ogawa ( « Les Paupières » chez Actes Sud) que je viens de lire, « Une collection d’odeurs », tu vois, une fois de plus je suis encore imprégnée de ce Japon dont je ne me lasse pas ! Bon dimanche et à très bientôt Claude.

  2. Pingback: Amours, guerres et sexualité, 1914-1945 « Vieux, c’est mieux!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s