Comment j’ai failli ne plus être française (3)


  • Au cas, où vous l’auriez manqué, le premier épisode est ici
  • et le deuxième

    le drapeau qui a failli m'échapper Petite parenthèse à laquelle je ne peux résister : quelque part, c’est tout de même incroyable à 62 ans d’aller au greffe du tribunal d’instance, et de s’apercevoir que l’on n’existe qu’en tant qu’épouse (ou dans mon cas veuve) de quelqu’un ou fille de quelqu’un. Celles qui ne sont pas mariées, ou qui sont fâchées avec leurs parents, comme le disait Ed, dans un commentaire, eh bien qu’elles se débrouillent !
    Bref, je m’arrête parce que ce serait l’objet d’une autre note. Ne vous inquiétez pas, des sujets de coups de gueule, j’en ai, et je ne vous les épargnerai pas 😉

    Donc, nous sommes fin Août et mon billet d’avion pour NewYork est pour le 1er octobre, je me dis donc qu’au lieu d’écrire pour obtenir toute cette paperasse qu’on me demandait, je ferais mieux de prendre mon bâton de pélerin et de rendre visite aux diverses mairies concernées.

    Le plus difficile, ce sont les actes de naissance de mes parents, puisque tous deux sont nés à l’étranger.
    Lorsqu’on est né à l’étranger, il faut le savoir, tout se trouve à Nantes. Je téléphone pour savoir s’il est possible d’obtenir des papiers sur place puisque le site indique un délai possible de 15 jours (nous sommes encore au mois d’Août) et hop, me voilà partie, avec mon appareil photo en bandoulière. Il pleuvait fort sur Nantes ce matin-là, mais en une demie-heure, j’avais l’acte de naissance de mon père.
    Je trouvai d’ailleurs assez émouvant de lire que mon grand-père, accompagné de l’un de ses amis avait été au Consulat de France de Varna, « présenter l’enfant ». C’est sans doute ainsi que se faisaient les choses en 1907.

    L’acte de naissance de ma mère n’existait pas. Pourquoi ? Parce que du temps où elle s’était fait faire sa carte d’identité, la copie de l’acte de naturalitation suffisait, point n’était besoin de fournir autre chose.
    Comme ma mère est morte en 1984, et que depuis, nul n’a eu besoin de son acte de naissance, il n’existait pas! Le parfait cercle vicieux.
    Qu’allait en penser ma fonctionnaire du Tribunal d’Instance ? Je n’en savais rien.
    J’en profitai tout de même de ma journée nantaise pour visiter la cathédrale de Nantes, une pure beauté, et le Jardin des Plantes.
    Puis, de retour à Paris, allai faire la collecte du reste des papiers, de mairie en mairie.
    En cours de route, je me rendis compte que le nom de ma grand-mère maternelle était différent sur la copie de l’acte de mariage de ma mère et sur son acte de décès, et commençai à me dire que je n’obtiendrais jamais le precieux certificat de nationalité française compte tenu de toutes ces difficultés et contradictions.
    Puis, j’ai mis tout dans un dossier que j’ai rangé dans un meuble à dossiers suspendus.

    Pendant que j’y étais, je me suit dit que j’allais purger mon dossier professionnel qui contenait encore toutes sortes de papiers inutiles, et là, tout d’un coup, je suis tombée sur l’original de ce fameux certificat de nationalité française, quelque peu écorné par son long séjour dans ce dossier où il n’avait rien à faire !

    Le désordre est une bien vilaine chose, mais l’intuition qui m’a fait décider de nettoyer ce dossier-là m’a permis de me faire faire tranquillement mon passeport.

    Dès le lendemain, j’allai à l’antenne de police et présentai tous mes papiers. L’employé voulait absolument l’original, mais j’ai poliment décliné en lui disant que s’en faire faire un autre était bien trop compliqué et qu’il était habilité à certifier conforme toute copie, puisqu’il avait vu le vrai.

    Quinze jours plus tard j’avais mon nouveau passeport, soit-disant infalsifiable, dont on dit maintenant qu’il faut trois heures pour le « hacker »

    Cependant, une question me hante. Quand Monsieur Sarkozy doit refaire sa carte d’identité, –j’ai cru comprendre que, comme moi, ses parents étaient nés à l’étranger– doit-il, comme nous autres, faire tout ce parcours ?
    Que je suis bête, il doit avoir une secrétaire qui s’en occupe et lui range sa paperasse !

    Quelques mots encore

    Si l’on cherche nationalité française sur le site du Ministère de la Justice, voici ce qu’on obtient:

    Aucun document n’a été trouvé pour ‘(nationalité or nationalite or nationalités) and (française or francaise or françaises)’

    C’est sûr que ça facilite les choses pour ceux qui veulent se renseigner ! 😦

    Pour en savoir encore plus, ne manquez pas cet article du Monde Diplomatique, Etes-vous sûr d’être français ?. Il semble que je ne sois pas la seule à avoir eu ce genre de mésaventure, malheureusement, d’autres n’ont pas eu la même chance in extremis que moi.

Publicités

11 réflexions sur “Comment j’ai failli ne plus être française (3)

  1. Il serait temps de dépoussiérer les vieilles lois n’ayant plus de raison d’être. Ils en font des tas de toutes sortes, sans penser à mettre à jour, les anciennes !!

  2. La fille d’amis à moi a eu ce même genre de problème pour le renouvellement d’une simple carte d’identité il y a au moins six ou sept ans. Son père est Italien…
    Vive l’Europe !

  3. Très chouette le jardin des plantes de Nantes. Si on parle du même (en face de la gare), il comprend notamment des serres humides dans lesquelles a été mise au point une technique de culture ad hoc pour les plantes épiphytes (celles qui poussent sur d’autres plantes, comme des tas d’orchidées mais aussi des cactées, broméliacées et j’en passe). Ils ont aussi des collections de succulentes pas mal du tout.

    Autre sujet. Pour ses papiers d’identité, à mon avis, Sarko doit faire comme pour sa déclaration d’impôts, dont il expliquait qu’elle était remplie par le ministère de finances.

  4. Génial ton article Claude, moi aussi quand je veux un acte de naissance, je passe par nantes, ils sont très bien organisés sur le site ils disent délais 15 jours mais je le reçois toujours 4 jours après ma demande.

  5. Pingback: Vieux, c’est mieux !!! » Azouz Begag sur N. Sarkozy

  6. Tous ça parait invraisemblable !! Mais qui a pondu ces lois et depuis quand ?
    Si j’ai bien compris, si j’ai besoin d’une nouvelle carte d’identité, à soixante douze printemps, il me faudra faire tout ce barnum, car ma mère était d’origine italienne … ?
    Et dire qu’au Moyen-Age, soit disant si arriéré, les étudiants circulaient dans toute l’Europe sans aucuns  » papiers  » d’identité !!
    Encore un petit effort et nos législateurs feront la pige au Père UBU et à Kafka réunis !!

    Bonne fin de semaine

  7. Je connais un instituteur dont la mère est née en Alsace dans les années 40 (donc en Allemagne) et le père au Maroc (protectorat français) et il a vécu exactement la même histoire.

    Pourtant fonctionnaire d’Etat (comme toi) il a galéré pour faire valoir ses droits et à du faire appel au médiateur de la république, car la préfecture refusait de lui refaire ses papiers, car il ne pouvait prétendre à la nationalité française selon les nouveaux dispositifs. Mes chers collègues fonctionnaires de la pref lui ont même dit de déposer une demande de naturalisation, car sa femme avait pu pouver qu’elle était française.

    Pffffffff

  8. Pingback: Comment j’ai failli ne plus être française (2) « Vieux, c’est mieux!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s