Comment j’ai failli ne plus être française (2)


  • Au cas, où vous ne l’auriez pas lu, le premier épisode est ici
  • La deuxième étape, ça a été la plus angoissante. Je me trouvais en face d’une dame, charmante au demeurant, qui balayait d’un geste tout ce qui constituait mon existence.
    Ma carte d’identité ? Ce n’est pas une preuve de nationalité (elle est pourtant très récente).
    Mon passeport ? Il ne prouve pas la nationalité. On peut se demander à quoi ça sert !
    Mon dossier de retraite ? Il ne prouvait rien. On en avait vu des gens qui étaient devenus fonctionnaires par erreur.
    Le certificat de nationalité française de mon père? Vous pensez, ça ne prouve rien. Il provient du Ministère de la Justice, et il faudrait se rapprocher d’eux, ce qui peut prendre des mois, pour s’assurer que ce n’était pas une erreur.

    Juste après la guerre, mon père avait été à la préfecture de police pour chercher un papier officiel, je ne sais lequel, et une fonctionnaire lui avait demandé sa carte d’identité et après un échange dont je ne sais pas grand-chose, la lui avait déchirée, sans autre forme de procès.

    Avec sa carte d’identité à la poubelle, il avait fallu trouver des témoins et s’enquérir auprès des autorités françaises à Varna, pour obtenir un certificat de nationalité française et entamer toute une procédure pour recouvrer.
    Et voilà que quelques 60 ans plus tard, on me disait que ce papier ne valait rien.

    Mais tout n’était pas perdu, me disait cette dame, si on retrouvait la date de l’acte de naturalisation de ma mère, dont je n’avais aucune idée à ce moment-là, je pourrais obtenir photocopie de cet acte au Journal Officiel, et serais ainsi française, grâce à ma mère, polonaise d’origine, alors que mon père dont la famille était française depuis trois générations ne pouvait se prévaloir de sa nationalité.
    J’arguai alors qu’il était venu en France pour faire son service militaire, qu’ensuite lorsque la guerre avait été déclarée, il avait été mobilisé, puis quelques mois plus tard, avait été fait prisonnier.
    Mais cette dame avait réponse à tout. Elle m’affirma que le service militaire ne prouvait rien et que bien des gens avaient été mobilisés par erreur.

    Elle commença donc à consulter des grimoires littéralement en train de tomber en ruine, dans lesquels sont inscrits les noms et les dates de tous les naturalisés.
    Le problème, c’est que parfois, ça se trouve sous le nom patronymique, d’autre fois, sous le nom d’épouse, et en tout cas, il faut connaître au moins l’année de la naturalisation.
    Au bout d’un long moment, la date fut retrouvée. L’acte de naturalisation de ma mère datait du 29 septembre 1939.
    Il était temps! Elle devait faire partie des derniers juifs ayant été naturalisés, puisque la guerre était déjà commencée.

    Le jour-même, je me précipitai au Journal Officiel, dont je ressortis une demie-heure plus tard avec la précieuse copie.
    Mais je n’étais pas au bout de mes peines. Je devais également fournir, comme je n’avais plus le livret de famille de mes parents, ni aucun de leurs papiers, suite à un déménagement négligent, une liste imposante de papiers,

    1. une copie d’acte de naissance pour moi-même,
    2. la même chose pour mon père
    3. ainsi que pour ma mère.
    4. Un acte de décès de mon mari, qui pourtant n’avait rien à voir avec ma nationalité,
    5. un acte de décès pour chacun de mes parents
    6. un acte de mariage les concernant.

    Un conseil ! Si d’aventure, vos parents n’étaient pas nés en France, ne faites pas comme moi ! Ne perdez pas LEUR livret de famille. Le vôtre ne vous servira à rien.

    A suivre.
    Troisième et dernier épisode ici

    La photo du haut, je vous rassure, ce n’est pas moi ! 😉 Et pourtant, elle reflète bien mon état d’esprit de l’époque. C’est sur le blog de emusings at Chez Goodman que j’ai trouvé l’animation flash qui permet de fabriquer le faciès de son choix 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s